Sophrologie

Un entrainement du corps et de l'esprit

Étymologiquement le mot « sophrologie » vient du grec :

SOS : paix-harmonie-sérénité

PHREN : esprit-conscience-cerveau

LOGOS : étude-science-discours

La sophrologie est l’une des disciplines qui aident chacun à développer une conscience sereine, au moyen d’un entraînement personnel, basé sur des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit. Elle se fonde sur l’observation, l’étude de la conscience, de la perception corporelle et de la relation corps-esprit et de son impact dans la vie courante.

Son objectif est d’aider à renforcer les attitudes et valeurs positives, au quotidien (dans le champ professionnel comme personnel) et ainsi développer, entre autres, les capacités de gestion du stress et des émotions négatives. Au départ cette démarche se fait accompagné d’un professionnel, puis à force d’entraînement, de façon autonome.

La sophrologie a donc de vastes champs d’application : médical et paramédical, social-éducatif-sportif, et préventif.

Il est possible d’envisager la sophrologie comme un outil pour nous accompagner à un moment de notre vie un peu sensible, comme lorsqu’on se trouve à un tournant de notre vie et que l’on ressent un besoin de soutien : grossesse, départ des enfants du foyer familial, entrée à la retraite, nouveau job nouvelles responsabilités, examen, …

Aux origines de la sophrologie

En 1960, le Professeur Alfonso Caycedo, neuropsychatre espagnol et fondateur de la sophrologie, créé le premier département de sophrologie clinique dans un hôpital de Madrid. La sophrologie au départ se développe donc dans le champ médical, mais elle a mis encore plusieurs années à se constituer et à devenir la sophrologie que nous connaissons aujourd’hui.

Dans son cheminement, Caycedo rencontre la phénoménologie, tant le courant philosophique que la démarche scientifique. C’est un des éléments de base constitutifs de la sophrologie, un moyen d’étudier la conscience humaine, en laissant se présenter les phénomènes qui apparaissent à la conscience sans préjugé ni interprétation. « c’est dans cet état d’esprit que la sophrologie nous amène à une rencontre phénoménologique avec notre monde intérieur et notre monde extérieur. Il s’agit d’une rencontre, d’une découverte de sensations, pensées, images, émotions, comportements et valeurs qui le composent ». Les expériences vécues à travers les techniques sophrologiques aident à dévoiler, conquérir et transformer la conscience, permettant une évolution positive, portant le regard sur de nouveaux phénomènes plus sereins et favorables.

Puis il voyage en Asie, Inde, Tibet et Japon où il expérimente yoga, bouddhisme et zen. Ces influences vont lui permettre d’approfondir encore l’étude de la conscience et d’enrichir sa méthode, notamment en se fondant sur l’observation et développant des techniques qui renforcent la perception du lien corps-esprit, ainsi que son influence sur le mode de vie.

Dans les années 80, de retour en Colombie, son pays natal, il développe le pendant social de la sophrologie, en adaptant sa méthode pour qu’elle soit accessible au plus grand nombre, il propose une sophrologie de masse, afin d’accompagner les êtres à survivre, puis à exister.

Depuis, de nouveaux apports ont émergé ça et là venant des premières personnes qui ont été formé au départ de la méthode. Ces variantes sont venues se greffer à la « sophrologie pure » c’est pourquoi il existe de nombreuses écoles de sophrologie. Le terme « sophrologie caycédienne » est alors déposé pour protéger la sophrologie authentique.